Ambaville

Hubertia ambavilla

Ambaville

Hubertia ambavilla

Noms créoles (à La Réunion) : Ambaville bâtard, Ambaville bleu, Jean Baville, Zanbavil, Lanbavil, Embraville
Famille botanique : Asteraceae
Parties utilisées traditionnellement : feuilles, tiges, fleurs
Composition (feuilles) : huile essentielle, flavonoïdes, tannins, phénols, proanthocyanidols [1]

Utilisations traditionnelles (à La Réunion): gastro-entérite du nourrisson, affections cutanées (miliaire sudorale, eczéma, dartre, boutons, brûlures, démangeaisons, plaie), herpès, douleurs articulaires, rhumatismes, goutte, maux d’estomac (ulcère gastrique), anti-inflammatoire, dépuratif, mauvaise circulation sanguine, diabète [2]
Utilisations traditionnelles (Mascareignes, Antilles, Asie, Amérique du Sud) : dysentrie, diarrhée, maux d’estomac, infections urinaires et rénales, rhumatismes, goutte, dépurative, diurétique

Mode d’administration :
Pour les affections cutanées : décoction des feuilles jusqu’à ébullition puis infusion 20 min d’une poignéee de feuilles dans 1L d’eau, nettoyage des plaies après refroidissement et ajout à l’eau du bain
Pour les maux d’estomac : infusion des feuilles pendant 20min, une tasse 4 fois par jour, avant les repas et avant le coucher.
Pour les douleurs articulaires, rhumatismes, la goutte : en bain ou en tisane.

Toxicité : pas de mortalité observée chez le rat après ingestion de l’extrait hydroalcoolique (dose 2000 mg/kg)
Pharmacovigilance : Plante inscrite à la Pharmacopée française. Plante non répertoriée dans FDA Poisonous Plant Database

Molécules actives :
Complexe glucidique (polyester du glucose et acide 1-hydro-4-oxocyclohexa-2,5-diényl-acétique)
Activité : cicatrisant pour les ulcères d’estomac
Teneur : 20-30 g/kg plante sèche
Toxicité : DL50 : 3000 mg/kg par ingestion

[1] Neergheen V. et al, A survey of the mauritian endemic flora for potential prophylaxis, Food and gricultural research concil, Réduit, 2005
[2] Smadja S., Marodon C., Le grand livre des plantes médicinales de l’île de La Réunion,